© Pixel Jeff

C’est quoi le langage des djeun’s sur la toile en 2020 ?

Petit lexique très basique

Ne prêtez pas trop attention au titre, s’il avait fallu faire plus ringard, on n’aurait pas pu. Mais justement, c’est quoi être ringard⋅e, out, has- been ? C’est ne pas comprendre les termes employés par telle ou telle génération ?

Ben non. C’est juste ne pas leur accorder de crédit, ou considérer que les expressions des plus jeunes ne veulent rien dire et ne valent pas la peine d’être comprises. Pour vous, la rédaction du Super Média s’est prêtée à l’exercice de décrypter quelques mots ou expressions souvent employées dans les mondes numériques (après nous ne sommes pas à l’abri qu’elles soient déjà datées). Parce que nous, on est les ami·es des djeun’s, lol. 

Mettre en vu

Sur Instagram ou Facebook lorsqu’on envoie un message à quelqu’un et que cette personne le voit sans y répondre, une indication “vu” apparaît. Un moment frustrant puisque la personne a manifestement pris en compte notre message, mais a décidé de ne pas y répondre. Cette action a maintenant un nom : mettre en vu. Avec l’arrivée des smartphones et des réseaux sociaux, nous sommes devenu·es joignables partout, tout le temps. À tel point que ne pas répondre à un message peut être très mal pris ! Cette expression est très représentative des réseaux sociaux. Ils nous obligent à être toujours présent·es, si bien qu’une absence de réponse est vite vexante.

Exemple :Il t’as pas rep ?” “Pire, il m’a mis en vu …

Top 1

En 2017 naît Fornite Battle Royal, un jeu où 100 combattant·es s’affrontent pour être le ou la dernier·e survivant·e, et ainsi décrocher le fameux Top 1. Aujourd’hui, Fornite est un peu moins populaire. Mais le format du battle royal et du multijoueur à grande échelle reste très à la mode. Fall Guys, lancé en août 2020, reprend le même principe du dernier joueur en lice, avec une direction artistique beaucoup plus cartoon.

Exemple :T’as fait des Top 1 hier soir ?” Non chuis deg, j’étais dans les 3 derniers mais les autres étaient trop chauds. Je me suis fait shooté à 30 secondes de la fin !

Ghoster

Le mot ghoster vient de ghost, de l’anglais fantôme. Il se peut qu’un·e proche décide de ne plus répondre à vos message, que ce soit par texto, sur Facebook, ou encore Instagram. Cela peut même aller jusqu’à se voir supprimé des amis de la personne ou même bloqué (on ne peut même plus voir le profil de celui ou celle qui nous a ghosté). Elle devient alors immatérielle, comme… un fantôme. Vous avez été ghosté·e. Ce qui s’apparenterait IRL (In Real Life) a quelqu’un qui vous ignorerait royalement, ce qui n’est jamais très agréable.

Exemple : Je me suis fait totalement ghoster par mon crush, je suis en PLS”.

Vlog

Il fut un temps où on racontait notre vie sur des espaces personnels en ligne appelés blogs. Si cette pratique n’a pas totalement disparu, elle a largement laissé place aux vlogs. Là encore, il s’agit de raconter sa vie, mais en vidéo. Ce format est le petit favori des youtubeurs·euses, qui emmènent ainsi leurs abonné·es dans leurs folles journées. La vidéaste Léna Situations en a fait sa marque de fabrique, notamment au mois d’août où elle publie une vidéo par jour. En août 2020, tous ses vlogs ont dépassé le million de vues.

Origine du mot : log + web = blog ; blog + video = vlog.

Binge watcher

Découvrir des séries épisodes par épisodes à la télévision, cela se fait de moins en moins. Désormais, elles se consomment beaucoup sur les plateformes de streaming, où une saison entière est mise en ligne d’un coup. La tentation vous viendra alors de dévorer tous les épisodes à la suite, donc de les binge-watcher. Ce mot vient de binge-drinking, qui consiste à boire beaucoup d’alcool en très peu de temps. Le binge-watching n’est pas anodin : il a profondément changé notre rapport aux séries télé, et par la même occasion, le fonctionnement global de l’industrie. 

Traduction anglaise “officielle” : baffrer, se goinfrer, consommer rapidement de grandes quantités… 

Scroller / swipper

Alors que de plus en plus d’interfaces numériques sont désormais pilotées aux doigts, et non plus avec une souris, normal que de nouveaux mots apparaissent pour désigner ces gestes. Scroller, qui correspond également à l’action rendue possible par la molette de la souris, signifie “faire défiler verticalement” le contenu qui apparaît à l’écran. Des réseaux sociaux aux sites internet en passant par les plateformes de e-commerce, les environnements qui incitent à scroller sont chaque jour plus nombreux. Le swipe n’a pas d’équivalent dans les interfaces pré-digitales : il s’agit de l’action consistant à faire défiler les contenus vers la droite ou vers la gauche. Popularisé par l’application de rencontre Tinder.

Exemple : “Ce BG ! J’ai mis facile 5 min à le swiper tellement ces pecs m’ont fait kiffer”.

Troll / Troller

Le troll, c’est l’autre.
Tiré du bestiaire des légendes scandinaves et peuplant jeux vidéos et univers de fantasy, le troll est, en ligne, celui ou celle qui s’est fait un devoir de ne pas être d’accord, et de le faire savoir. Troller consiste donc à s’exprimer sur un réseau social en tenant les propos les plus opposés possible à la thèse défendue par une majorité. Selon les personnes que vous interrogez, le ou la troll le fait exprès, ou ne se rend pas compte qu’il ou elle a choisi le mauvais endroit pour réagir et exprimer son opinion. Le troll défendra ainsi l’IVG sur un forum pro-life, le capitalisme sur une page marxiste, ou Aya Nakamura dans une discussion entre mélomanes. Si vous rencontrez un troll en ligne, gardez à l’esprit cette maxime élémentaire de la netiquette : don’t feed the troll (ne nourrissez pas le troll : ne lui répondez pas…). Manipulé par des personnes de mauvaise foi, le terme de troll peut également servir à décrédibiliser un argument pourtant tout à fait valide, en faisant croire qu’il n’a été formulé que par esprit de contradiction.

Exemple : “La meuf, je l’ai tellement trollée qu’elle a pleuré sa mère et fermé son insta”.

Noob / bambi

Approximation phonétique du terme newbie, qui signifie en anglo-américain “petit nouveau”, le noob désigne celui ou celle qui, une fois débarqué⋅e dans un jeu en ligne ou sur un réseau social, a du mal à s’y retrouver et commet au vu et au su de toutes et tous des maladresses qui le ou la désignent comme un·e débutant·e. Si en plus, le noob est manifestement très jeune et se plaint des injustices qui lui sont faites en ligne, il y a de fortes chances qu’il ou elle soit rapidement qualifié⋅e de “bambi”.

Exemple : “Marre d’entendre ces bambis chialer parce qu’ils ont pris un headshot deux secondes après le début du game”.

À propos de l\'auteur·trice

La Rédaction du Super Média
À lire aussi
petite fille parlant à un assistant vocal
Assistants vocaux : le numérique sans écrans
ante. consequat. ut justo Sed ipsum