Margaret Hamilton durant le programme Apollo. ©NASA

4 raisons de parler des métiers du numérique à votre fille

Ou pourquoi ces métiers sont pleins d'opportunités pour elle (et vice-versa)

Les femmes sont largement minoritaires dans les métiers du numérique, pourtant en pleine expansion … en effet, elles représentent moins de 30% des effectifs dans le secteur selon le rapport 2019 de la DARES, et elles occupent principalement des fonctions dites « de support » telles que les ressources humaines, l’administration, le marketing ou la communication.

Pourtant, aucune raison physiologique ne justifie cette exclusion ! Et si votre fille venait inverser cette tendance ?

Quelques pistes pouvant expliquer le phénomène…

Saviez-vous que les femmes étaient les premières à avoir travaillé sur les machines ancêtres des ordinateurs ? Aux débuts de l’informatique, elles étaient très présentes dans les métiers de la télégraphie, de la téléphonie, de la programmation… Mais leur présence s’est considérablement amenuisée dès le milieu des années 1980, quand le secteur a pris de la légitimé et de l’importance dans l’économie mondiale.

Le terme “computer”, bien avant qu’il ne désigne l’ordinateur, qualifiait la personne, souvent une femme, qui faisait les calculs à la main.

Exposition « Computer Grrrls » de la Gaieté Lyrique

Mais alors, comment cela se fait-il que les métiers du numérique n’attirent pas les filles d’aujourd’hui ?

  • Une première raison est tout simplement le manque de femmes dans ces métiers qui, par un cercle vicieux, empêche les filles de s’y projeter par l’absence de modèles auxquels s’identifier.
  • De plus, les métiers de la tech ont la mauvaise réputation d’être « très techniques ». Les femmes vont alors malheureusement avoir tendance à s’autocensurer, alors que les hommes ne vont pas forcément remettre leurs aptitudes à réussir en question.
  • Enfin, la société expose, dès l’enfance, les filles à de nombreux stéréotypes (s’occuper des enfants, être à l’écoute, soigner les autres, être créative… ), qui vont ensuite les orienter vers certains métiers plutôt que d’autres.

Résultat :  à la rentrée 2019, seulement 2,6% de filles de seconde ont choisi la spécialité « Numérique et Science Informatique (NSI) » en première, contre 15,2% des garçons (source : education.gouv.fr).

La personnage de Aelita dans le dessin animé Code Lyoko.
Aelita dans le dessin animé Code Lyoko.

Voici donc 4 raisons de motiver votre fille à entamer une carrière dans le numérique !

1. Des métiers variés et passionnants

Développeuse, codeuse, webmestre, technicienne, opératrice, médiatrice, data-analyste, expertes cybersécurité, ingénieure télécom… il y en a pour tous les goûts ! Ce sont aussi des métiers qui ont du sens : il s’agit tout de même de concevoir les technologies qui façonneront le monde de demain. Autant les penser les plus éthiques possibles !

2. Ça recrute !

Les métiers du numérique sont en tension : il y a chaque année plus de postes à pourvoir que de candidat·es. Avec une bonne formation, être recrutée ne devrait donc pas être un problème. Et qui dit « offre supérieure à la demande » dit des salaires souvent attractifs (dans une grande entreprise de services du numérique, une première embauche pour un profil ingénieur / Master Bac + 5 va atteindre en moyenne entre 37 à 40 000 euros bruts par an, selon Talents du Numérique).

Entretien avec Jade Lemaître, réalisé par la Fondation LDigital, en partenariat avec la Région Auvergne Rhône-Alpes en novembre 2019

3. La possibilité d’organiser sa vie comme on l’entend

Alors c’est sûr, il ne vaut mieux pas être allergique au fait de rester plusieurs heures d’affilée devant un écran. Mais cela peut aussi se transformer en avantage : la possibilité de faire du télétravail est très présente dans métiers du numérique. Et l’actuelle épidémie du Covid-19 pourrait bien accentuer cette tendance. Certaines personnes voyagent même en travaillant !

4. Construire un numérique plus humain

Le manque de mixité dans ces métiers peut causer des sérieux biais de genre. Si ce ne sont uniquement des hommes qui pensent les systèmes d’intelligence artificielle, le risque est que les femmes soient discriminées dans l’usage des produits conçus, qui seront moins adaptés à leurs réalités. Autre exemple ? Les corps des femmes souvent très sexualisés dans les jeux vidéos… conçus presque exclusivement par des hommes !


Evidemment, loin de nous l’idée d’empêcher les garçons de s’intéresser aux métiers du numérique ! Nous souhaitons juste encourager les filles à prendre la place qui leur est due, dans un secteur qui regorge d’opportunités. Alors, si votre fille est en pleine réflexion quant à son orientation professionnelle, et qu’elle se passionne pour la science, les jeux vidéo, les chiffes, les mathématiques ou les langues : vous savez ce qu’il vous reste à faire 😉.

Quelques ressources supplémentaires

  • Vous trouverez plein d’informations sur les formations qui mènent aux métiers du numérique sur Studyrama.
  • Et pour accéder à la liste des différents métiers du numérique, rendez-vous sur le site du CIDJ.

À propos de l\'auteur·trice

Community manager depuis plusieurs années, Angela Blachere est notre spécialiste des réseaux sociaux : Instagram, Twitter et même Tik Tok n’ont pas de secrets pour elle ! Elle intervient régulièrement auprès de classes de collégiens pour échanger avec eux sur le fonctionnement et les usages d’internet et des réseaux sociaux. Passionnée par la dimension sociétale du numérique, elle travaille également pour la Fondation LDigital, qui agit pour la mixité dans les métiers du numérique en Auvergne Rhône-Alpes.

À lire aussi
Maman, arrête de m’identifier sur tes photos Facebook, c’est la honte !