Daredevil en civil
© Marvel - Daredevil

Jouer sans voir : le (très) petit monde des jeux vidéo pour personnes non-voyantes

Rencontre avec ceux qui font bouger les lignes pour jouer sans voir

Avec son offre pléthorique, on pourrait penser que le jeu vidéo est un loisir à la portée de tous·tes : les filles, les garçons, les jeunes, les moins jeunes, les passionné·es et les occasionnel·les… Mais dans le monde des jeux vidéo, les personnes non-voyantes sont souvent les grand·es oublié·es : elles sont vite limité·es dans leurs choix de jeux. Nous sommes allés à la rencontre de ceux qui tentent de faire bouger les lignes, pour pouvoir jouer sans voir.

Comment les personnes non-voyantes se repèrent-elles dans les jeux vidéo ?

La question de l’accessibilité est une thématique relativement nouvelle dans l’écosystème du jeu vidéo. Mais les personnes non-voyantes n’ont pas attendu que les studios commencent à s’y intéresser pour se lancer dans les découvertes vidéoludiques. Legacy Angel est youtubeur. Il a perdu la vue à l’âge de 4 ans, et il se lance régulièrement dans la découverte de nouveaux jeux. Des let’s play pas comme les autres, dont il publie régulièrement les vidéos.

Il y a beaucoup de gens qui croient que jeu vidéo = image et non son. Mais c’est une fausse idée. Mon but, c’est de mettre en avant la communauté des personnes non-voyantes qui souhaiteraient jouer, parce qu’il y en a pas mal qui aimeraient, et d’autres qui essaient. Ainsi, peut-être que de plus en plus de jeux seront rendus accessibles à l’avenir.

Legacy Angel, youtubeur non-voyant

Pour se repérer dans un jeu, il prête l’oreille : un bruit caractéristique lorsqu’on heurte un obstacle dans Pokémon, lorsqu’on ferme la carte dans Monster Hunter World… Tous ces sons lui permettent de cartographier l’espace. Là où le sound design est pour les voyant·es une composante de l’œuvre, c’est pour lui un aspect primordial.

Grâce aux astuces sonores qu’il parvient à trouver dans les différents jeux, Legacy Angel a pu découvrir de nombreuses œuvres : Luigi’s Mansion, Super Mario 64 et même Dark Souls ou encore The Medium… Mais certains jeux restent inaccessibles pour des raisons toutes bêtes.

Si tu peux diriger ton personnage sans que la caméra se mette à tourner dans tous les sens, c’est un bon point. Dans Zelda Breath of the wild quand tu déplaces Link, la caméra tourne en même temps. Donc lorsque j’avance en ligne droite, le personnage a tendance à tourner, ce qui m’empêche de me repérer.

Legacy Angel, youtubeur non-voyant

Ces choix de game design sont purement esthétiques pour les joueur·euses voyant·es. Mais pour les non-voyant·es cela change tout, et souvent les studios n’y pensent pas.

Créer des jeux vidéo pour personnes non-voyantes

Face à ce problème des initiatives commencent à voir le jour. Lost in blindness est un jeu vidéo sans image sorti en mai dernier. Il est le fruit du travail de trois jeunes créateurs français. Selon son game designer Hugo Villette-Zolty, le but n’est pas uniquement de s’adresser aux personnes non-voyantes.

Le but, c’est de créer une expérience atypique, pour voyants et non-voyants. Le joueur je ne le définis pas comme voyant ou non voyant, mais plus comme un joueur en quête d’expérience. D’ailleurs le scénario ne tourne pas autour de ça, on parle de déforestation, d’écologie…

Hugo Villette-Zolty, game designer de Lost in blindness

Avec Lost in blindness, les joueur·euses voyant·es peuvent découvrir comment se repérer dans l’espace en se fiant uniquement au son, comment se déplacer sans voir… Dans une volonté de le rendre encore plus grand public, l’équipe a créé un mode streameur avec des images qui s’affichent à l’écran alors que le joueur ou la joueuse joue avec les yeux bandés. 

Vue streameur du jeu vidéo Lost in Blindness, en contrastes de noir et blanc
La “vue streameur” de Lost in blindness

À la fin de chaque niveau, il ou elle découvre même une carte indiquant ses déplacements dans le détail. Aucune personne n’est non-voyante dans l’équipe, le studio a donc fait appel à des personnes concernées pour vérifier l’accessibilité. Legacy Angel s’est par exemple prêté à l’expérience. C’est aussi le cas de Loïc Bernarot, non-voyant de naissance.

Au fil du développement du projet ils me consultaient sur les attentes et les possibilités. Entre ce qu’une personne voyante pense pouvoir faire pour les non-voyants et ce que perçoivent vraiment les non-voyants, il y a souvent un décalage. Hormis avec A blind legend, ce genre de projet, ça n’avait jamais vraiment été fait.

Loïc Bernarot, gamer et non-voyant de naissance.

Ces échanges et ces tests réguliers ont permis à l’équipe de Lost in blindness de créer un jeu à la fois qualitatif et accessible.

Les jeux accessibles tombent rapidement dans un capharnaüm de sons ou de guidages. Ces jeux sont très accessibles, mais pas pour le grand public. Et les autres sont trop guidés, trop simples. Donc on a essayé de prendre ces infos pour créer un juste milieu, jouable par les déficients visuels comme par le grand public.

Loïc Bernarot, gamer et non-voyant de naissance.

Les discussions avec des personnes non-voyantes leur ont aussi permis de mieux comprendre leurs besoins spécifiques. Par exemple, ils ont appris que beaucoup n’avaient pas de PC, c’est pourquoi ils sont actuellement en train de travailler sur une version mobile.

A Blind Legend et Lost in blindness s’adressent à la fois aux voyant·es et aux non-voyant·es. Mais il serait faux de dire que ce sont les premiers jeux vidéo accessibles aux personnes qui ne peuvent pas voir. Sur internet, il est possible de trouver des jeux créés uniquement pour elles. C’est le cas par exemple de Crazy Party, une série de mini-jeux sonores créés bénévolement. Pour Loïc Bernarot, c’est intéressant mais ce n’est pas une réponse magique.

En tant que personne en situation de handicap, si j’achète un jeu, à l’avenir j’aimerais que ce soit parce que je l’apprécie et pas parce qu’il n’y a que celui-ci pour moi.

Loïc Bernarot, gamer et non-voyant de naissance.

La mise en place de l’accessibilité dans un jeu grand public 

Un début de réponse a été apporté avec la sortie de The Last of us 2, en 2020. Créé par Naughty Dog, un très gros studio, le jeu propose des options d’accessibilité pour différents handicaps, dont la non-voyance. Avec sa myriade d’options (aide à la visée, guides sonores…), il est entièrement jouable par une personne non-voyante. Une expérience hors du commun pour Loïc Bernarot.

Naughty Dog n’avait pas spécialement communiqué dessus, je l’ai appris 10 jours avant la sortie, j’avais juste prévu de regarder les let’s play du youtubeur Super Brioche. Si on m’avait dit qu’en plus j’allais pouvoir y jouer moi-même ! Quand je l’ai appris j’en ai pleuré ! On s’attendait à ce qu’il y ait à l’avenir des jeux réellement accessibles. Mais on pensait que ce serait des petits jeux indépendants, pas des blockbusters. Le jeu je l’ai fait 7 fois, je l’ai terminé le mois dernier au niveau survivant + !

Loïc Bernarot, gamer et non-voyant de naissance.

Créer des jeux vidéo pour personnes non-voyantes c’est bien, créer des jeux pour tout le monde, c’est mieux. Selon Legacy Angel et Loïc Bernarot, l’idéal serait de développer des jeux accessibles à tout·es, qui permettent aux personnes non-voyantes de partager une expérience similaire à celles des autres personnes. L’épouse de Loïc Bernardot travaille avec des enfants non-voyants, et leurs parents lui demandent parfois des conseils de jeux : mais The last of us contient du contenu choquant, même pour les adultes. Lost in blindness quant à lui contient quelques insultes, et est classé PEGI 12. Alors généralement, elle conseille Crazy Party.

Cela n’empêche pas les personnes concernées de croiser les doigts pour de vraies options d’accessibilité dans les années à venir. Selon Legacy Angel, ce n’est pas pour demain.

On est encore loin que plus de studios se lancent là-dedans. Il y en a certains qui vont penser que ça coûte très cher. Donc je pense que ça ne va pas se démocratiser pour l’instant. Il va falloir des mouvements de personnes à handicap visuel, pour montrer qu’elles sont là.

Legacy Angel

En attendant vous pouvez jouer à Lost in blindness (une démo gratuite est également disponible), et aller voir les vidéos de Legacy Angel pour découvrir ses différentes astuces pour jouer sans voir.

À propos de l\'auteur·trice

Journaliste depuis quatre ans, Lise Famelart est passée chez Clubic, Le Progrès, Euronews ou encore madmoiZelle en tant que cheffe de rubrique high-tech et jeux vidéo. Le numérique reste une de ses thématiques de prédilection et à côté de son travail de journaliste, elle aime échanger à propos du jeu vidéo sur Twitch.

À lire aussi
Fille dans la rue devant un panneau de stationnement
Écrans et enfants : 5 leçons pour le monde d’après