Pico Park : tous ensemble pour sauver les chatons pixel !

Coopérez pour garder en vie des mini-chatons trop mignons

4.5
Un max de fun avec des chatons mignons

Ce n’est pas nouveau, la Nintendo Switch est LA console pour jouer à plusieurs. Son catalogue contient une myriade de party games, ces jeux créés spécifiquement pour les familles ou pour les bandes d’ami·es. Si vous cherchez ce type de jeux pour rire avec vos enfants, Pico Park pourrait bien faire votre bonheur.

Sorti en 2019 sur Nintendo Switch et plus récemment en mai 2021 sur PC, Pico Park peut accueillir jusqu’à 8 joueurs·euses, en local ou en ligne. Le concept est hyper simple et c’est peut-être ce qui le rend aussi efficace. Chaque joueur·euse incarne une sorte de petit chat en pixel-art dans un monde très épuré. Plusieurs modes de jeux s’offrent à vous : le “classique”, où tout le monde joue en coopération, le mode bataille où on s’affronte en tentant de collecter un maximum de points, et le mode sans fin, où les joueurs·euses choisissent une épreuve et essaient de tenir le plus longtemps possible.

Au pays du pixel, le chaton est roi

Chaque épreuve met au défi différentes compétences : la rapidité, la communication ou encore les réflexes. L’un des niveaux nécessitera par exemple que les joueurs·euses, attaché·es entre eux·elles communiquent au maximum pour franchir les obstacles et atteindre la ligne d’arrivée.

Le jeu redouble d’inventivité pour proposer des challenges à la fois malins et drôles. Certains niveaux nécessitent d’être rejoués plusieurs fois avant de réussir, mais vous offriront, sans nul doute, de belles tranches de rire. Dans le chapitre “All for one” par exemple, un seul personnage est jouable et tous·tes les joueurs·euses le contrôlent chacun·e leur tour. Un concept qui nécessite de rester alerte et de collaborer efficacement avec ses coéquipier·es.

Pico Park, simple et efficace

Au premier abord, Pico Park ne paye pas de mine : les graphismes sont très basiques, chaque personnage a la même apparence, seule leur couleur change. La musique également, est un peu répétitive et pas spécialement intéressante. Mais ce sont les mécaniques qui font de ce jeu une véritable perle. Il ne s’agit pas uniquement d’un simple jeu de plateforme : le jeu intègre en lui-même tout un tas de mini-jeux complètement inattendus, tels qu’un TETRIS coopératif.

La simplicité de Pico Park n’est pas un constat à déplorer mais au contraire un avantage ! Si les règles changent à chaque niveau, le tout est tellement épuré qu’il est très facile de comprendre chaque nouveau gameplay. Le jeu comprend très peu de texte, justement parce qu’il est facile à comprendre tel quel. De fait, même les joueurs·euses qui ne savent pas encore lire peuvent rejoindre la partie. C’est aussi cela qui fait de Pico park un jeu très familial : on peut y jouer à plusieurs et bien s’amuser, même si certain·es participant·es ne connaissent pas spécialement le monde vidéoludique.

Et pas de panique pour les familles nombreuses, puisque 8 joueurs·euses maximum peuvent participer. Plus on augmente le nombre de joueurs·euses et plus les niveaux deviennent de vrais challenges, puisque tout le monde doit réussir à se coordonner pour progresser. Mais c’est aussi dans ces moments qu’on a droit aux plus beaux fous rires ! Le jeu propose également une version en ligne, qui permet de jouer avec ses ami·es à distance, ou même avec des inconnu·es. 

Au prix de 4 euros sur Switch et sur PC, Pico Park est un jeu à la fois accessible et très ludique, qui promet de bonnes soirées de rigolade en famille et entre ami·es. Un très bon exemple de party game.

FORCES
Incite à la communication
Vraiment pas cher
Jusqu’à 8 joueurs·euses peuvent participer
FAIBLESSES
Uniquement en anglais (mais il y a TRÈS peu de texte)
Le mode principal est rapidement terminé, surtout si on est peu nombreux
4.5
Un max de fun avec des chatons mignons

À propos de l\'auteur·trice

Journaliste depuis quatre ans, Lise Famelart est passée chez Clubic, Le Progrès, Euronews ou encore madmoiZelle en tant que cheffe de rubrique high-tech et jeux vidéo. Le numérique reste une de ses thématiques de prédilection et à côté de son travail de journaliste, elle aime échanger à propos du jeu vidéo sur Twitch.

À lire aussi
Combats épiques et démons sanguinaires : Demon Slayer, la série qui passionne les ados